Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Chômage des jeunes : pourquoi l’état ne pourra rien y faire

Posté par: Tamba Danfakha| Jeudi 11 juillet, 2013 21:51  | Consulté 2331 fois  |  21 Réactions  |   

Le chômage des jeunes reste la principale équation pour les pouvoirs publics de notre pays.  

Pourtant, malgré le volontarisme affiché du Président Macky Sall et de son gouvernement dans la lutte contre le chômage, je doute fort que les solutions de sortie de crise soient pour maintenant.

Les financements que le gouvernement se prépare à injecter dans les initiatives jeunes ont toutes les chances de finir dans un marécage de désillusions et de gaspillage.

A ce constat pessimiste, je fournis trois raisons majeures

Premièrement, la mise en place de projets créateurs d’emplois exige l’encadrement de structures d’accompagnement performant. Or les différentes agences ou services de l’état qui ont cette mission ne disposent, généralement, pas de moyens financiers et humains suffisants pour ce faire.

Deuxièmement, les jeunes, eux-mêmes, sont des obstacles réels pour le succès de tout projet de création d’emploi. Une bonne partie de notre jeunesse est, difficilement, mobilisable dans le sens d’un effort permanent et continu d’imagination et de créativité. Or la création massive d’emplois exige, avant tout, d’avoir des acteurs motivés, engagés et ambitieux. Il faut avoir des maîtres d’œuvre des projets de création d’emplois avec un mental d’acier, des nerfs solides et un sens de l’engagement élevé pour avoir envie, chaque jour, de s’occuper de jeunes aux abois, pressés, sans aucune confiance en soi et en ses capacités.

Troisièmement, la politisation, à outrance, de la vie publique dans notre pays éloigne les meilleures compétences des centres de décision et dirige les ressources financières publiques vers des partisans qui loin d’agir dans le sens de la bonne marche des choses cherchent plutôt à se gaver et à se remplir les poches. Dans un tel contexte d’incivisme généralisé, il est illusoire de croire que l’état pourra utiliser des financements à bon escient

Dès lors, car loin de moi tout défaitisme, je pense que pour éviter tout aventurisme et espérer obtenir des résultats satisfaisants dans la lutte contre le chômage dans notre pays, il faudra impliquer, très fortement, le secteur privé à toutes les étapes d’élaboration des projets publics en matière de lutte contre le chômage. Car il est important, pour chacun de nous, que nous nous engageons dans des voies qui conduisent notre peuple vers plus de résultats durables. Nous devons renoncer aux solutions de facilités, à notre gout prononcé pour le « tout, tout de suite », à l’idée que le succès est une question de chance et non le résultat d’un dur labeur.

Les fonctionnaires gagneraient mieux et profiteraient, encore mieux, de leurs salaires (sans la forte demande sociale due au chômage important), s’ils s’occupaient mieux de résoudre les problèmes des populations au lieu de passer leur temps à se remplir les poches et les politiciens au pouvoir gagneraient encore plus en construisant le pays au lieu de le déconstruire par leur légèreté et leur superficialité insupportables.

Le Groupe Kombiko, depuis 2010, a appris pour sa part, que la seule bonne volonté ne suffit pas, que l’argent n’y suffira pas, il faut de l’imagination, du courage, beaucoup d’engagement et de persévérance, il faut de la conviction et un mental d’acier pour initier et conduire au succès tout projet de création d’emplois. Chaque jour, avec Eureka, notre programme de lutte contre le chômage qui vise la création de 1250 emplois par an durant 4 ans, nous en bavons, nous  faisons face à des montagnes d’obstacles. Malgré tout, nous restons toujours décider à arriver au bout de nos objectifs.

Rien ne saurait nous décourager. Et pourtant, tous les jours nous vivons des situations susceptibles de nous décourager.

Et c’est parce que nous savons tous les sacrifices qu’il faudra faire pour avoir du succès dans la lutte contre le chômage et puisque nous savons, d’expérience, que les fonctionnaires et les politiciens au pouvoir n’ont aucun gout pour le sacrifice personnel, nous croyons les pouvoirs publics incapables de conduire un projet sérieux de lutte contre le chômage dans notre pays

 L'auteur  Tamba Danfakha
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (21)  Certains commentaires sont en cours de validation...
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
MANE Moussa on July 11, 2013 (23:48 PM) 0 FansN°:1
Il est dommage que les Africains ignorent la culture du droit acquis dont la préservation et même l'amélioration doivent être le combat de tous. A chaque fois qu'un groupe revendique un droit, on entend toujours certains comparaitre leur propre situation à celle de ceux qui luttent. A ce rythme, on croit savoir qu'il faudrait faire le nivellement par le bas; ce qui, à mon avis n'est qu'une régression. On devrait plutôt encourager ceux qui luttent pour progresser dans l'avenir comme le font les Occidentaux. Ainsi, grâce aux luttes de 1936, les Français ont acquis les droits aux congés payés, une rémunération minimale du salaire, un droit au chômage, une sécurité sociale et jusqu'à aujourd'hui bénéficier des 35 heures et la cinquième semaine. Devrions-nous, nous contenter de ce que l'on nous impose sans combat ni lutte? Je réponds par la négative car la soumission, l'acceptation de tout esclavage et la fatalité ne sont pas des actes dignes de l'homme qui cherche à améliorer sa condition de vie et son bien-être matériel ou éducatif. Battons-nous, la vie est un combat perpétuel et les libertés de revendication des intérêts collectifs sont les seuls moyens d'expression de la Démocratie que nous croyons exercer. Vive les combattants et lutteurs pour le maintien des droits acquis et de leur amélioration. Que les étudiants continuent leur lutte qui constitue le seul moyen d'obtenir la réalisation de leurs droits.
AM on July 12, 2013 (02:20 AM) 0 FansN°:2
Je partage votre point de vue. On besoin de reformer notre systeme (besoin d'agences et politiques rationnelles) mais aussi une jeunesse plus engagée.
Je vous souhaite bon courage et bonne change dans vos projets. On besoin de gens comme vous pour faire avancer les choses.
Cheikh niang on July 12, 2013 (09:16 AM) 0 FansN°:3
c évident que bcp de contraintes que vous avez cité entraves l'accès des jeunes à un emploi décent. cependant je ne partage pas votre conclusion quand vous dîtes que les "fonctionnaires n'ont aucun gout pour le sacrifice personnel". vous trouverez toujours des fonctionnaires entièrement dévoués et prêts à tous les sacrifices pour régler les problèmes des plus démunis. comprenez tout simplement que les quatre plus grandes difficultés sont l'absence de programme clair et cohérent, le mauvais ciblagetant au niveau des chômeurs que des secteurs, parfois la mauvaise gestion des programmes, et l'absence de suivi-évaluation et de capitalisation.
SALAM
Atypico on July 12, 2013 (14:10 PM) 0 FansN°:4
Les obstacles cités dans cette prise position sont réels et je partage donc son pessimisme. Mais il me semble que ce qui serait possible et souhaitable pour l'emploi des jeunes et le développement c'est de financer des plans et des écoles de formation aux techniques de base et de haut niveaux des divers métiers "manuels" d'abord qui sont pratiqués sans formation ni diplôme, sans aucun contrôle donc . Ceci d'autant que l'on s'apperçoit qu'un sénégalais sur 2 ne sait ni lire ni écrire ce qui est rédibitoire pour trouver un emploi créateur de valeur ajoutée et ce qui ne prépare pas à une citoyenneté effective dans le monde actuel.
Zap on July 12, 2013 (18:31 PM) 0 FansN°:5
ta vrément tout dit surtou kan vs précisé k mm les jeunes accentu le chomage car il veule k tou soi ok en un seul jour
Pathe on July 12, 2013 (18:34 PM) 0 FansN°:6
Je partage votre point de vue. On besoin de reformer notre systeme
Anonyme on July 13, 2013 (02:25 AM) 0 FansN°:7
Je voudrais tout juste y ajouter k le govt de Macky est en train de faire des eurreurs en essayant de lutter contre le chomage avec le creation d'agences pour les recasser!

Le role d'1 govt c de d'aider le prive a resorber le chomage.
Anonyme on July 13, 2013 (14:56 PM) 0 FansN°:8
LUTTE MUSIQUE DANSE.IL NE CESSE DE FAIRE CETTE PROMOTION.QUEL DESASTRE POUR CE SENEGAL.L ETAT INCITE NOS FRERES A LA DEBAUCHE
Sene on July 13, 2013 (19:05 PM) 0 FansN°:9
Pour vous resumer, le chomoge est le resultat d'un probleme culturel. Tous les facteurs limitants que vous citez sont d'ordre culturel(motivation des jeunes, organisation structurelle et culture politique).
Je parie que ces initiatives seront une mer de desillusion! Il n'existe pas de creativite car on n'est pas culturellement porte vers l'envie de creer et de decouvrir!
On n'est pas organise dans aucun domaine de la vie et y a aucune idee de responsabilite individuelle et collective!
Fab on July 14, 2013 (08:32 AM)0 FansN°: 922402
pour le chomage au senegal est vraiment dur pour les familles prenons dans les societes il y a des gens qui ont durer dans la societe ni embauche ni situation don je demande d aider les nons diplombes pareceques sont les soutiens de familles que saches coment le monde bouge et d avoir un regarde sur les societes de biens intergres
Ibou k dramé porte parole de A on July 14, 2013 (10:00 AM)0 FansN°: 922485
je partage entièrement vos trois raisons de pessimiste Particulièrement deux dernniéres.JE soutiens aussi que la politique ne doit pas etre un moyen de ascension social. Le choix des hommes doit surtout reposer sur la compétence. Et nous ne parviendrons pas a nos projets politiques si nous n'avons pas en face une jeunesse engagée avec le culte du travail. Merci a bon courage.
Abdoulsarr on July 14, 2013 (08:52 AM) 0 FansN°:10
Il faut trouver 1 million de sénégalais qui ont les mains propres,2 millions de bébé de 2 ans,des sages qui n'auront autre souhait que de mourir pour un seul but qui será de préparer une nouvelle génération de sénégalais!Je crois que c'est la seule solution qui peut sauver l'afrique.Et je vous dis que cette génération de bébés ne sortira de son lieu de formation libre qu'àprès les 18 ans accomplis!Ne nous parlez plus de cette generation actuelle et des générations passées parce que nous sommes tous des voleurs,hipocrites,menteurs,corrupteurs parce que formés par Senghor,Diouf,Wade et tous ceux qui ont travaillé sous ces régimes comme politiciens et autres.ETHIQUE

Ajouter un commentaire

 
 
Tamba Danfakha
Blog crée le 18/10/2012 Visité 193888 fois 52 Articles 3229 Commentaires 24 Abonnés

Posts recents
L’émigration tue plus que le virus Ebola, mais tout le monde s’en fout…
L’émigration tue plus que le virus Ebola, mais tout le monde s’en fout…
Moise Rampino victime d'une justice expeditive
Pourquoi sommes-nous, si souvent, déçus, par les autres?
Croyez-vous que Dieu est omnipotent ? Lisez ceci avant de répondre!
Commentaires recents
Les plus populaires
Forum du premier emploi, une belle initiative à soutenir
Comment financer votre projet sans argent?
Si j"étais Ministre de l'emploi au Sénégal (première partie)
Moise Rampino victime d'une justice expeditive
Comment faire face à l’adversité ?