Bénin : démission du ministre de la Défense sur fond de tensions autour du projet de réforme constitutionnelle

  • Source: : Webnews | Le 28 mars, 2017 à 13:03:44 | Lu 3942 fois | 4 Commentaires
content_image

Patrice Talon, le président béninois, à l'Élysée le 16 avril 2016.

Le ministre de la Défense Candide Azannaï, soutien de la première heure de Patrice Talon, a déposé lundi sa démission au cabinet du président "pour protester contre les tensions sociales" liées à la volonté de ce dernier de faire passer en urgence au Parlement sa réforme constitutionnelle.

« Je confirme que le ministre de la Défense Candide Azannaï a déposé ce matin une lettre de démission du gouvernement », a indiqué un membre du cabinet du président Talon qui a requis l’anonymat. Cette information a été immédiatement publiée sur la page Facebook de Azannaï puis confirmée quelques heures après par son suppléant à l’Assemblée nationale.

Cette annonce, qui fragilise le régime à cause de la proximité de Candide Azannaï avec Patrice Talon, survient trois jours après le rejet à l’unanimité par le Parlement de la demande d’examen en procédure d’urgence du projet de révision constitutionnelle voulu par le président. « Nous sommes dans un pays respectable et non une pétaudière », a fait observer un député ce jour au parlement.

Un revers pour Talon

En effet, Patrice Talon a fait convoquer vendredi dernier les députés afin de voter en urgence la réforme constitutionnelle qui devrait consacrer entre autres un mandat présidentiel unique de six ans et donner de larges pouvoirs décisionnels au président de la République, qui ne serait plus obligé de passer par le Parlement pour les ratifications d’accords de prêt.

Sur les 160 articles de la Constitution du 11 décembre 1990, 43 ont été modifiés dans la nouvelle mouture, qui doivent être d’abord validés par les 4/5èmes de l’Assemblée nationale, comme le prévoient les textes.

Selon une source proche de Azannaï, « c’est la deuxième fois que le ministre démissionne. Quelques mois auparavant il avait déjà remis sa démission au président qui n’a pas accédé à sa demande. C’est ce qui explique qu’aussitôt déposée il l’a publiée sur sa page officielle ». Selon plusieurs autres sources les frictions entre les deux amis sont nées du fait que le portefeuille de la Défense soit le seul délégué auprès du président et que toutes les décisions se prennent au palais de la Marina.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, selon une de ces sources : « Candide Azannaï a démissionné pour éviter d’être éclaboussé par un possible scandale dans l’acquisition de 400 véhicules pick-up au profit des forces de sécurité et de défense sans son accord préalable ».

Les magistrats dans la rue

S’ajoute au contexte social la grève des magistrats. Lundi, l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) a organisé une marche sur le Parlement appuyée par les centrales syndicales pour exiger le retrait du projet, qui « porte atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire », selon son président Michel Adjaka. Ce dernier dénonce notamment une clause du texte qui permet à des représentants du gouvernement de siéger au sein du Conseil supérieur de la magistrature.

Fortement décrié pour sa méthode jugée cavalière, Patrice Talon a essuyé déjà plusieurs contestations qui jusque-là étaient restées sous le boisseau. Cette démission sonne le glas de l’union apparente du gouvernement depuis sa mise place et consacre de fait la fragilisation de la présidence de Patrice Talon.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Mars, 2017 (14:01 PM) 0 FansN°: 1
talon fils de pute tu empeche aux musulmans de prier dans la rue parce qu'il n'y a plus de place dans les mosquee!!!! salopar ton peuple descendra dans la rue pour te fouttre dehors
Reply_author En Mars, 2017 (15:47 PM) 0 FansN°: 1
la ferme langue de vipère !

qu'est ce qui vous empêche de vous organiser, d'acheter des terrains et de construire des mosquées ? la population augmente, les infrastructures doivent aussi augmenter. vouloir faire avec l'ancien dans ces conditions est une bêtise sans nom !

espèce de bras cassés, fainéant, macrocéphale !
Anonyme En Avril, 2017 (10:04 AM) 0 FansN°: 2
ssss
Le Bon Sens En Avril, 2017 (14:57 PM) 0 FansN°: 3
Prier dans la rue, avec un tintamarre et un tohu-bohu insupportables, seuls les musulmans savent le faire! Quand on se dit vivre dans un pays civilisé, l'on doit se garder d'avoir de telles pratiques de sauvages. Cela ne doit nullement prospérer. Quand l'on interdit ce genre de pratiques, l'on trouve que c'est de l'islamophobie. Le jour où les musulmans - ou ceux qui s'adonnent à ce genre de pratiques, car il faut se garder de mettre tous les musulmans dans le même panier, prendront conscience du mal qu'ils causent aux autres, le monde ne s'en portera que mieux.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com