FIARA 2015 : Les producteurs implorent les Sénégalais de consommer local

  • Source: : RFI | Le 09 avril, 2015 à 15:04:36 | Lu 6136 fois | 7 Commentaires
content_image

FIARA 2015 : Les producteurs implorent les Sénégalais de consommer local

La problématique liée à la production et à l’adaptation des exploitations agricoles familiales a fait l’objet d’une conférence à travers le Projet de croissance Economique (Pce) initié par l’Usaid. Ce programme vise à promouvoir la sécurité alimentaire, la nutrition et le développement inclusif des chaines de valeurs au Sénégal. Les producteurs, à l’unanimité, ont décrié la forte présence des produits étrangers dans nos aliments au détriment des productions locales.

A l’occasion de la Foire internationale  de l’Agriculture et des Ressources Animales (Fiara) 2015, des acteurs du secteur de productions agricoles de base se sont prononcés sur les problèmes liés à la commercialisation des céréales locales. Ils disent maitriser comment produire, mais se plaignent de la mévente. « Nos céréales locales sont de bonne qualité, mais nous sommes contraints à un stockage de masse parce que les produits ne sont pas achetés.

Les Sénégalais tournent le dos au local et préfèrent les produits qui viennent d’ailleurs», déclare le président du réseau “Mil de Paoskoto”. En effet, selon ces producteurs, «la commercialisation des céréales comme le mil et le maïs tarde à s’effectuer normalement sur le marché». Par conséquent, des mesures seraient nécessaires pour y mettre un terme.

Pour l’heure, il est important, selon Ameth Aly Sow, d’ancrer les produits locaux sur le marché, la plupart du temps pris d’assaut par les produits de la sous-région. «Il faut incorporer les céréales traditionnelles dans nos plats au détriment des produits importés», préconise-t-il. Le chargé des programmes de l'Association sénégalaise pour le développement à la base (Asprodeb) œuvre pour une production de pain avec des produits locaux. Pour lui, il est nécessaire «d’incorporer des céréales locales dans le pain». 

Des boulangeries de la région de Dakar sont ciblées et « seront équipées» pour faire la production de pain composé. «Nous voulons sortir pour le consommateur sénégalais un produit local d’usage quotidien» dit-il. Mais un problème se pose, celui de trouver les ressources financières pour pouvoir assurer au consommateur une quantité nécessaire pour toute une année. C'est pourquoi M. Sow entend, pour le moment, concentrer ses efforts dans l’amélioration de la capacité de transformation des céréales.


Auteur: Adama Anouchka Bâ - RFI

Articles similaires




Commentaire (5)


Citoyen En Avril, 2015 (17:09 PM) 0 FansN°: 1
Les sénégalais consommeront locale quand les entreprises respecteront leurs clients et mettront sur le marché des produits de qualités. Prenez l'exemple de la baguette de pain, elle est immonde, sale et ne fait même pas 1kg. Au Sénégal, au lieu d'avoir du pain, les boulangers nous vendent du "pain papier" sans aucun gout, aucune saveur, aucun vitamine. Et les conditions de transport du pain dans des charettes, des bennes en bois sont dégueulasses, les conditions de stockage par terre, dans des cantines sales avec des vendeurs et vendeuses dégueulasses laissent à désirer. Le seul moyen d'avoir une baguette correcte est d'aller l'acheter soit même dans des boulangeries à peu prés propres comme à la Brioche D'Orée, autrement les boulangeries de quartier n'ont rien à cirer de la propreté.nS'agissant de nos menuisiers qui se plaignent des produits importés, franchement quand on voit les lits, fauteuils, armoires qu'ils exposent dans la rue, on a même pas envie de les regarder. C'est moche, sans aucune forme, ni aucune finition. Vous achetez une armoire chez eux, 2 mois après vous aurez du mal à ouvrir et fermer les tiroirs et les portes car le bois gonfle et il faut tirer avec force pour ouvrir portes ou tiroirs. Ils terminent le boulot pdt la livraison et l'installation, ce qui n'est pas normal. C'est pareil pour nos tailleurs, nos maçons et autres artisans. Un métier ça s'apprend, ça ne s'improvise pas. Au Sénégal on devient boulanger, menuisier, maçon, tailleur, électricien en apprenant sur le tas. Ainsi, ce sont les consommateurs qui vont servir de cobaye. Les femmes se plaignent des tailleurs qui leur coupent leurs vêtements n'importe comment, les maisons sont construites sans aucun respect des normes, l'électricité est installé sans aucun respect des normes etc etc.nTant que nos artisans, nos apprentis ne sont pas formés dans des écoles dignes de ce nom, le consommer local n'est pas pour demain. Et ceux qui ont les moyens vont toujours privilégier les produits importés.
Aby@montreal En Avril, 2015 (17:36 PM) 0 FansN°: 2
@Citoyen: ce que tu dis est la stricte verite, on ne se respecte pas nous meme, on se traite comme des animaux, il faut que nous noir nous nous aimons respectons exigeons le meilleur de nous meme avant de blamer occidentaux, produits importes, ..nos economies disparaitront tant que nous meme ne nous prendrons pas au serieux...en attendant vu qu on a decide de vivre dans la latitude, le desordre, l impureté...recoltons ce que nous avons semé
Jackass:triste::triste: En Avril, 2015 (18:32 PM) 0 FansN°: 3
A ce point je crois que la consommation locale
Anonyme En Avril, 2015 (22:41 PM) 0 FansN°: 4
PRODUISEZ DE LA QUALITE ET REDUISEZ VOS MARGES DE BENEFICES ET VOS PRODUITS SERONT PLUS COMPETITIFS. LE CONSOMMATEUR QUI A SON ARGENT ACHETE CE QUI EST A SON AVANTAGE. POINT BARRE.
Hypocrisie En Avril, 2015 (23:51 PM) 0 FansN°: 5
Si tous les célébrités , les politiciens et autres commençaient eux même par consommer locale , ceci donnerait une très forte motivation et influence au peuple Sénégalais .

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com