Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Nouveau Gouvernement : accélérer, oui mais …comment ?

Posté par: Tamba Danfakha| Mercredi 04 septembre, 2013 23:47  | Consulté 1980 fois  |  7 Réactions  |   

Au lendemain de la nomination du premier Ministre Abdoul MBaye, je faisais parti des rares sénégalais à avoir émis un avis public et contradictoire sur le choix fait par Le nouveau Président, Monsieur Macky Sall. Dans un contexte de crise financière internationale grave imputable aux banquiers, j’avais pensé qu’un état qui voulait maximiser ses chances de traverser, sans trop de dommages, les tourbillons économiques planétaires ne pouvait pas faire le choix d’un chef de gouvernement et d’un ministre des finances issus de ce sérail.

Seize mois après, le Président revient sur ces choix contestables et son nouveau Chef de Gouvernement, Madame Aminata Touré, parle d’accélérer le rythme des changements.

Je voudrais bien applaudir cette nouvelle résolution mais je me retiens en attendant d’y voir clair dans le nouveau jeu de nos autorités.

S’est-on vraiment poser la question de savoir pourquoi depuis plus de seize mois, notre pays semble figé dans la même posture ? Pourquoi les changements attendus n’ont pas commencé à se faire jour ? Malgré la bonne volonté, maintes fois, affirmée du Président de la république et de son gouvernement, malgré le soutien, sans failles, de nos partenaires au développement, malgré la jeunesse du Président et son intégrité sans taches, pourquoi rien ne veut bouger dans le sens des désirs des populations ? Pourquoi les prix des denrées ne cessent de flamber au moment où le gouvernement s’évertue à les faire baisser ? Pourquoi le marché de l’emploi tarde-t-il à frémir dans le sens des attentes de la jeunesse ?

Je pense qu’il y a plus de questions que de réponses, néanmoins, je demeure convaincu que l’on ne pourra, jamais, accélérer le rythme des changements tant que l’on n’aura pas rempli trois conditions minimales et nécessaires

Premièrement, ramener la sérénité dans le pays ; la traque des biens mal acquis, aussi louable qu’elle soit, n’aurait jamais dû se faire en donnant le sentiment que l’on veut régler des comptes politiques ou personnels. Les sénégalais qui ont voté, au premier tour de l’élection présidentielle, pour Macky Sall attendait de celui-ci qu’il ramène la paix dans le pays. Ils ne s’attendaient, sans doute pas, que le président élu puisse faire sien le combat frontal qu’il avait refusé de livrer contre le président Wade et son camp avant la tenue des élections. En outre, un pays démocratique comme le Sénégal ne devrait plus continuer à affaiblir et à casser ceux qui perdent le pouvoir par les urnes et qui acceptent de s’opposer dans le respect des lois de la république. Mieux aucun pays ne saurait se construire dans la division et dans une logique de confrontation permanente ou stérile entre pouvoir et opposition.

Dès lors, il urge pour les tenants du pouvoir actuels de renoncer à la logique d’accaparement et d’exclusion tous azimuts afin de donner à tous les sénégalais une égale chance de servir leur pays, dans le pouvoir, dans l’opposition ou à quelque station où qu’ils pourraient se trouver. Il faut assainir le jeu politique et faire confiance aux populations en se concentrant non sur l’élimination des adversaires mais sur la qualité des services à offrir au peuple.

Puisque la preuve est faite, maintenant, que les sénégalais ne vendent plus leur vote au plus offrant, les meilleures chances de succès électoraux sont pour ceux qui obtiennent des résultats, en temps réel, et qui rassurent les électeurs de leur capacité à traiter tous les citoyens sur le même pied d’égalité

Deuxièmement, initier ou encourager des projets et des programmes gouvernementaux ou citoyens dont la réalisation ne dépendraient que des sénégalais. Tant que notre pays doit faire financer son développement avec des prêts négociés auprès de ceux là mêmes qui sont responsables de notre situation d’extrême pauvreté, nous ne pourrons apporter des réponses satisfaisantes aux préoccupations de nos populations. Cela suppose que nos gouvernants soient assez forts, méthodiquement, mentalement et psychologiquement, pour tourner le dos aux mirages venus d’occident ou d’ailleurs et faire accepter, au peuple, les sacrifices nécessaires pour ce faire.

Troisièmement, redéfinir la place de l’état dans la vie des citoyens. Cela veut dire que le gouvernement doit accepter de se mettre au service des acteurs économiques et non de les soumettre à son dictat ou à son bon vouloir. Cela veut dire que le Gouvernement et le Président de la République se doivent de servir, en premier, les citoyens et non les bailleurs de fonds, qu’ils doivent renoncer à cette vie de luxe insolent que la situation économique de notre pays ne saurait justifier. Cela signifie qu’il faudra mieux former les forces de sécurité et les juges afin qu’ils offrent aux citoyens tout le respect dont ils ont droit.

Au demeurant, le Sénégal dispose, ici ou dans la diaspora de ressources humaines assez importantes pour lui permettre de décoller, mais, pour cela, il faudra que l’on commence à prendre au sérieux les sénégalais qui portent, en bandoulière, des rêves, des projets, que l’on donne leurs chances aux fils de ce pays d’expérimenter, dans leur pays, leur vision d’un monde différent et que cesse ce complexe su colonisé face au colonisateur.

Oui à l’accélération du rythme des changements mais dans le respect de nos libertés, de nos rêves, de notre unité nationale et de la cohésion sociale.

Que Dieu bénisse le Sénégal

 L'auteur  Tamba Danfakha
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (7)  Certains commentaires sont en cours de validation...
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Abel BADJI on September 5, 2013 (05:59 AM) 0 FansN°:1
Trés bonne analyse Tamba ! Cela m'a agréablement surpris.
Abel BADJI on September 5, 2013 (05:59 AM) 0 FansN°:2
Trés bonne analyse Tamba ! Cela m'a agréablement surpris.
Passant... on September 5, 2013 (07:04 AM) 0 FansN°:3
Et c'est parti pour les experts en charabia, et analystes politico-economistique a deux balles. Arretez vos conneries insencees en gynastique previsionnelles de l'economie de notre tres chere gaal national way...Yeen tam basta nack. e toute facon attendez le au tournant, et le tournant c'est 2017, boutez-le dehors et votez pour un autre tout simplement. Mais en attendant restez calme et rangez vos idees a la con, pleaze !
Arrivant on September 5, 2013 (11:33 AM) 0 FansN°:4
Passant
Vous êtes un vrai crétin stupide qui est incapable du moindre effort intellectuel. A vous entendre, les citoyens seraient des moutons de Panurge à qui on demanderait de simplement voter et puis c'est tout?
La citoyenneté est, justement, cet effort de Monsieur Tamba Danfakha d'accompagner les tenants du pouvoir de par leurs critiques objectives et leur analyse désintéressée de la situation nationale. Combien de personnes, dans ce pays, prenne la plume pour proposer, orienter et contribuer comme l'auteur de cet article que je félicite, au passage, chaleureusement.
Chapeau pour toutes vos contributions que je ne cesse, pour ma part de lire et de relire tellement c'est instructif. N'écoutez pas, Monsieur Danfakha, les imbeciles et autres attardés mentaux comme ce ...passant insipide
Derouté on September 5, 2013 (17:14 PM) 0 FansN°:5
Pas facile de cogiter dans ce pays de...ouf! Passant en est la preuve, mais bon il faut de tout pour faire...un pays :-)
Par contre, un développement auto centré me semble chimérique. Travailler ou composer avec l'extérieur ne veut pas dire perdre son indépendance ou ses valeurs. Les raccourcis du développement existent, et passent aussi des fois par l'extérieur (Dubai, Singapour, Malaisie...). Ce qui pose problème c'est plus malheureusement notre incapacité à prendre les bons gars et les mettre là où il faut pour sortir ce pays de l'ornière. Il n'y en a que pour les politiciens qui suivent au lieu de conduire "la meute"!!
Tamba, l'argent si on en a pas , on la le chercher et aux meilleures conditions. Ca ne se crée pas!!!
Atypico on September 6, 2013 (17:01 PM) 0 FansN°:6
Désolé mais cet écrit est vide et sans autre intérêt que de venir dire à son auteur "Monsieur le Président rien n'avance depuis votre éection, mais je suis avec vous et je suis sûr que ça va finir par bouger ! Courage !" Drôle de façon de "penser" et de faire la mouche d coche ( ou du coach)?
Basmalah on September 7, 2013 (15:17 PM) 0 FansN°:7
texte bien structuré et analyse trés pertinente. C'est courageux de la part de Tamba ! Continues dans cette lancée car le pays a besoin de sentinelle.
Pour ma part, je pense qu'il n'appartient pas à l'Etat (Gouvernement) "d'accéler les choses". Ce que nous attendons d'eux c'est plus un cadre macro-économique apaissé.... pour permettre au secteur privé de jouer pleinement son role créateur de valeur ajoutée, seul moyen pour faire accéler les choz.
"La paix est avec celui qui suit le droit chemin"

Ajouter un commentaire

 
 
Tamba Danfakha
Blog crée le 18/10/2012 Visité 139951 fois 44 Articles 502 Commentaires 20 Abonnés

Posts recents
Comment financer un projet sans argent ?
La technique du brain storming
Appel aux jeunes de mon pays !
Dire que les enseignants du supérieur sont trop payés au Sénégal est un acte terroriste contre notre pays
La politique peut-elle être morale?
Commentaires recents
Les plus populaires
Forum du premier emploi, une belle initiative à soutenir
Comment financer votre projet sans argent?
Si j"étais Ministre de l'emploi au Sénégal (première partie)
Comment faire face à l’adversité ?
Un mois après où en est mon plan pour créer 1250 emplois?