Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

POLITIQUE NATIONALE DE L'EMPLOI : POURQUOI C'EST TOUJOURS PROBLEMATIQUE ?

Posté par: Tamba Danfakha| Jeudi 02 mars, 2017 03:03  | Consulté 287 fois  |  0 Réactions  |   

Selon nos estimations à Kombiko Partner, il faut investir environ 5 millions de francs CFA pour créer un emploi décent; il aurait donc fallu au gouvernement du Sénégal mobiliser, pour les entrepreneurs, environ 500 milliards de francs CFA pour créer juste 100 000 emplois. Or le budget cumulé de l'anpej, du papej, du prodac, du fongip et du fonsis ne dépassant pas 150 milliards (je suis évidement très optimiste) en 4 ans d'existence, il est difficile de croire le gouvernement lorsque celui-ci brandissait le chiffre hilarant de près de 165.555 emplois (dixit mansour sy, ministre du travail) créés en quatre ans.
Tout laisse à penser que le président de la république commence à se rendre compte que son gouvernement ne lui raconte que des contes de bonnes fées car le mercredi 1 mars 2017, il a exhorté, en conseil des ministres, son gouvernement à booster la création d'emplois par une démarche "volontariste...et bla bla".
Mais je suis toujours sceptique par rapport à la capacité du gouvernement à apporter une réponse appropriée au chômage massif et endémique des jeunes dans notre pays.
En effet, le schéma indiqué par le Président de la république, à savoir "Formation rapide - Financements - Emplois", est difficile à mettre en oeuvre pour les raisons suivantes :
1) les formations rapides qui font croire que c'est parce que les jeunes ne sont pas formés qu'ils chôment, ce qui n'est pas vrai, sont souvent bâclées par des formateurs, ignorants totalement et la science et la pratique de l'entrepreneuriat, plus préoccupés par les sous que par l'utilité de leur enseignement.
2) les financements qui sont rares, trop rares, et, trop souvent, captés par des lobbies de tous genres, voraces et irresponsables, sont octroyés à des projets mal étudiés et mal pensés se perdent, hélas, moins d'un an après leur octroi aux ayant droits, aggravant, du coup, l'endettement public pour les générations à venir
3) la création d'emplois ne peut être réalisée que par de vrais entrepreneurs qui sont marginalisés dans les stratégies du gouvernement au profit d'une clientèle politique obnubilée par l'enrichissement facile.
Au demeurant, le risque existe que des financements additionnels soient mobilisés et investis ou détournés sans résultats probants avec, pour faire plaisir au prince, la fabrication de statistiques bricolées, encore et toujours, sur de prétendues créations d'emplois.
Le jour où un gouvernement aura vraiment envie de résoudre le problème du chômage des jeunes dans notre pays, il commencera par donner plus de pouvoirs et de moyens au ministère de l'emploi, par éviter les gaspillages dans une gestion partisane des fonds publics et il fera confiance aux sénégalais et, particulièrement, au secteur privé tant dans la recherche de financements que dans la définition de vraies politiques d'accompagnement éloignées de celles qui sont sous nos yeux et qui ne feront qu'accentuer le chômage dans notre pays.

 L'auteur  Tamba Danfakha
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Tamba Danfakha
Blog crée le 18/10/2012 Visité 902452 fois 445 Articles 7012 Commentaires 43 Abonnés

Posts recents
Arrêtez de gaspiller votre vie !
VOULOIR POUR POUVOIR OU POUVOIR POUR VOULOIR ?
NOUS VIVONS PARMI DES MONSTRES !
MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, N\'EMPRISONNEZ PAS KHALIFA SALL !
VIOLENCES EN AFRIQUE DU SUD : POURQUOI S\'EN ETONNER ?
Commentaires recents
Les plus populaires