Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Résolution des problèmes : pourquoi sommes-nous si mauvais ? Partie 2

Posté par: Tamba Danfakha| Vendredi 16 février, 2018 07:02  | Consulté 452 fois  |  0 Réactions  |   

Le faible niveau de productivité sociale et professionnelle de nos compatriotes s’explique, largement, par la complexité de cette relation que nous avons avec les problèmes. Or, aucune nation ne peut vivre et se développer sans être en mesure d’affronter et de résoudre les problèmes de son époque et les problèmes liés à la réalisation de ses ambitions.

Malheureusement, pour bien résoudre les problèmes, il faut, déjà, bien les poser, les trier pour mettre de côté ceux qui sont des faux qui ne méritent absolument pas notre attention et se concentrer sur ceux qui sont des vrais et auxquels nous devrions consacrer le meilleur de nous-mêmes et nos ressources les plus précieuses.

Dans un pays de l’irrationnel, du sommet à la base, ce tri semble impossible et compliqué. Par conséquent, nous assistons, tous les jours, à ce gaspillage des ressources dans des directions hasardeuses et, forcément, démobilisatrices de nos énergies collectives.

Pour y palier, nous avons l’obligation d’exiger de nos dirigeants et de nos élites intellectuelles qu’ils soient plus lucides, qu’ils oublient, de temps en temps, leur misérable petite personne afin de se consacrer à la construction d’une nation exemplaire.

De ce point de vue, nous devons refuser le mimétisme et accepter d’aller, quelque fois, à contre courant pour repousser plus loin les limites du possible. Cela devant commencer par un choix déchirant à faire entre ce qui relève du prioritaire face à ce qui n’est que de l’urgence. Une organisation ou un individu qui passe son temps à gérer l’urgence finit, presque toujours, dans la déchéance morale et matérielle.

Certes, il faut du courage pour faire le choix du prioritaire face à l’urgence, il faut, pour ce faire, accepter de vivre avec une conscience ravagée. Mais c’est le prix à payer pour plus d’efficacité et la garantie d’un futur meilleur pour la communauté dans laquelle nous évoluons.

Une fois le problème, le vrai problème, choisi, il reste à le formuler, à en déterminer les causes exactes, à faire le choix des solutions les plus pertinentes et, surtout, à se lancer. Mais, cela est connu, nous sénégalais, sommes trop pressés, trop impatients, trop superficiels ; nous ne prenons pas, hélas, le temps de réfléchir, de murir nos actions ou nos décisions et nous trainons le pied lorsqu’il faut passer à l’action. Pire, encore, nous baissons trop vite les bras lorsque la vie nous donne quelques claques.

En conclusion, je dirai que si nous avons tant de difficultés à résoudre les problèmes c’est que nous manquons de confiance en nous (d’où le recours intempestif à Dieu ou aux autres pour expliquer nos échecs ou nos succès), j’ajouterai que nous manquons, également, d’audace ; le sénégalais est trop raisonnable, trop prudent, trop théorique et il n’est pas assez responsable. Nous attendons trop des autres et nous avons du mal à ne compter que sur nous-mêmes. Or, pour bien résoudre les problèmes, il faut, surtout, être convaincu que la survenue d’un avenir meilleur ne dépend que de soi, ni des dieux, ni des autres, ni du hasard, de soi et de ses capacités personnelles à faire face.

 L'auteur  Tamba Danfakha
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Tamba Danfakha
Blog crée le 18/10/2012 Visité 1129546 fois 675 Articles 12441 Commentaires 49 Abonnés

Posts recents
MACKY SALL ETHNICISTE ? MONSIEUR SONKO ET SI ON CESSAIT D\'EN PARLER ?
CONDITIONS D’ADHESION AU RESEAU EUREKA
SÉMINAIRE EN EFFICACITÉ PERSONNELLE
SÉMINAIRE EN EFFICACITÉ PERSONNELLE (Emploi,Carrière et Entrepreneuriat)
LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE : NOUS N\'AVONS NI UN PROBLÈME D\'ARGENT NI UN PROBLÈME DE FINANCEMENT.
Commentaires recents
Les plus populaires